J’irai marcher …. au milieu des temples à Kamakura

Hello,

Le rendez-vous pris pour aller visiter les temples fameux à Kamakura et ses environs. Pour mieux comprendre l’importance de Kamakura. Voici un petit résumé historique:

Kamakura est une ville historiquement importante pour le Japon. En 1192, le shogun Minamoto no Yoritomo décida d’installer sa nouvelle capitale à Kamakura, y déplaçant du même coup le centre politique du Japon. C’était l’époque où les Shoguns prenaient le dessus sur l’Empereur (Mikado). Le gouvernement de Kamakura domina le Japon pendant plus d’un siècle, jusqu’en 1333

Maintenant, voici la liste des temples que j’ai eu le plaisir de visiter:

Le temple Engaku-Ji

Après avoir pris rendez-vous avec notre accompagnatrice franco-japonaise à la gare de Shinagawa. On prends un train en direction de notre première étape : le temple de Engaku-Ji.  Environ 45 minutes plus tard, on arrive dans une petite gare qui se tout près du temple. Le temple est situé au coeur d’une forêt. C’est hallucinant de ressentir comme première impression une sensation de calme. On se laisse guider par le chant des oiseaux. Quand on voit un temple shinto pour la première,   Il faut dire qu’on est vite impressionné par l’architecture.

Durant la visite de ce temple, j’ai eu la chance d’avoir une vue dégagée sur le Mont Fuji. Je peux vous dire que ce moment était vraiment magique  et donne tous un sens à ce séjour au Japon. Aussi, j’ai eu l’opportunité de voir des pratiquant de Kyudo s’entrainer dans une partie du temple. J’ai fait une petite vidéo avec un senseï montrant un élève comment tirer avec un Yumi, que du bonheur😀

Un peu d’histoire: C’est un temple bouddhiste zen relevant de l’école Rinzai  qui fut fondé en 1282 par le régent Hōjō Tokimune (1251 – 1284) et le moine Sōgen Mugaku. C’est le deuxième des gozan (cinq grands temples) de Kamakura.

Le temple de Kencho-Ji

Pour le rejoindre, on a fait une petite marche d’environ de 40 minutes à travers les rues d’une petite bourgarde. Pendant la marche, on est tombé sur des curiosités bien marrantes comme un restaurant qui propose de la Quiche Lorraine ou encore un restaurant espagnole le « Valencia » ^  ^. Avant d’arriver au temple, accompagnatrice a montré comment le O-harai ou la purification rituelle. Ainsi les fidèles peuvent se laver les mains et se rincer la bouche à l’aide d’une sorte de louche (hishaku), afin de se présenter devant le kami exempts de toute souillure.

1)Avec une louche en bambou, on se nettoie la main gauche ensuite la  main droite
2)On se nettoie la bouche en versant un peu dans la main  droite et on la porte à la bouche et on la  recrache aussitôt.
3)Et finalement on nettoie la louche.

Elle a  expliqué la signification des Torii (les grandes arches en bois). Un torii fais une séparation entre le monde matériel et immatérielle. Du fait de sa fonction de séparation symbolique du monde physique et du monde spirituel, chaque torii traversé lors de l’accès à un temple doit être retraversé dans l’autre sens afin de revenir dans le monde réel. Il n’est pas rare de voir des japonais contourner un torii lorsqu’ils ne pensent pas repasser plus tard par cet endroit.

Alors on continue la visite et on est toujours aussi impressionné par la stature des temples et par les arrangements florals.. Un peu plus loin, j’ai du retirer mes chaussures pour entre dans un autre temple, ou j’ai peu assisté une cérémonie shinto célèbre un prêtre shinto en costume. Malheureusement, il était interdit de prendre des photos de la cérémonie. En continuant, je suis tombé sur un magnifique jardin qui reflètent totalement la philosophie zen.

Santuaire Tsurugaoka Hachiman-gū

Le sanctuaire est situé près de la gare de Kamakura. Il est le sanctuaire shinto le plus important de Kamakura  au Japon. Quand on commence sa visite, on ne s’attend pas à la grande étendue du sanctuaire. On y découvre plus tard qu’on a absolument une belle vue sur la belle ville de Kamakura. J’ai tirer une baguette de prédiction auprès d’une miko. Les miko sont de jeunes femmes au service d’un sanctuaire shintoïste. Alors, la prédiction semble pas mal (je mettrai une copie une fois  scannée).

Ensuite j’ai eu droit à un excellent repas  et bien copieux. Au menu:

  • Nouilles soba.
  • Soupe miso avec du wasabi et des artichauts haché finement
  • Un bol de riz avec des tempuras, des oignons fris, et courgettes fris et bien sur du thé vert pour accompagner le tout ^

Le temple Kôtoku-in

On s’est rendu au centre de Kamakura pour prendre un train régional jusqu’à Hase. Après quelques minutes de marches et on arrive au temple. C’est à cet endroit qu’on peut apercevoir. Le fameux bouddha géant. La petite histoire derrière ce monument:

Le bâtiment qui abritait ce grand bouddha de Kamakura aurait été détruit, selon les sources, soit par un typhon, soit par un tsunami, à la fin du XVe siècle. Une plaque en japonais apposée sur les ruines de ce bâtiment parle d’un tsunami (ceci laisse songeur lorsque, depuis le pied de ce bouddha, on voit la mer en contrebas, au loin, peut-être à un kilomètre à vol d’oiseau).

Alors, on est d’abord fasciné par la taille très particulière du bouddha qui force le respect.

Le temple d’Hase-dera ou Kaikōzan Jishōin Hase-dera

Il n’y pas meilleur façon que de terminer la journée en allant à celui de Hasedera. A l’entrée du temple, on peut apercevoir des splendides jardin avec des plans d’eau.  Mais avant de continuer une légende tourne à propos de ce temple:

Selon la légende, le moine Tokudo Shonin a découvert en 721 un grand camphrier  dans la forêt près du village de Hase. Il réalisa que le tronc était si grand qu’il permettait de sculpter deux statues de Kannon à huit têtes (déesse de la miséricorde). L’une d’entre elles a été intégrée au temple Hase-dera  à Sakurai  dans la préfecture de Nara. L’autre a été jetée à la mer, une prière faisant vœu que la statue réapparaisse pour sauver le peuple. Quinze années plus tard, en 736, la statue s’échoua sur la plage de Nagai, près de Kamakura. La statue fut conduite à Kamakura, où un temple fut construit pour l’honorer.

On prendre un  chemin pour arriver dans un sanctuaire remplis avec des centaines de petites statuettes représentant des nouveau-nés disparus, Jizo, le bodhisattva  protecteur des enfants, est  également vénéré dans ce temple.

Ensuite, on continue à monter pour apercevoir le sanctuaire et à sa droite un joli clocher. Mais la chose importante de ce temple qui fait sa différence c’est qu’en premier : on  a une splendide vue sur la plage de Kamakura et deuxièmement le temple possède une statue de la déesse aux 11 visages splendides  par contre il est interdit de la photographier (ouis, je sais c’est dommage).

Voilà qui termine ma journée à Kamakura. Personnellement, j’ai trouvé cette sortie très enrichissante surtout au niveau culturel. Il faut dire que ça change du rythme effréné de Tokyo.

Sayônara,

Cet article, publié dans Environs de Tokyo, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour J’irai marcher …. au milieu des temples à Kamakura

  1. robes dit :

    bonjour
    ton blog est vraiment cool, continue comme ca. si tu cherches une robe rouge ou des
    chaussures, rejoins nous chez soohie😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s