Musashi Miyamoto

Konnichiwa !

Après avoir fais un article sur la vie romancée de Musashi Miyamoto qu’on peut lire dans le bouquin « La Pierre et le Sabre » et son oeuvre majeur le « Livre des cinq anneaux », on va parler de Musashi Miyamoto…himself ^^

Musashi Miyamoto, de son premier nom Takezō Shimmen (Miyamoto étant le nom de son village de naissance et Musashi, une autre façon de lire les idéogrammes écrivant Takezō), (1584—19 mai 1645) est l’une des figures emblématiques du Japon et le plus fameux escrimeur de l’histoire du pays.

Célèbre samouraï expert au combat du sabre, il est l’un des plus important Kenshi (grand maître de ken-jutsu) que le Japon ait connu et dont les exploits ont inspiré de nombreux récits. Il est l’archétype du héros médiéval nippon. Né en 1584 dans la province de Harima, il était le second fils de Munisai Shinmen, lui-même expert au sabre, qui le laissa orphelin à l’age de 7 ans (tué lors d’un duel). Elevé par son oncle dans un monastère, Musashi mit ce séjour forcé à profit pour s’entraîner au sabre et gagna son premier duel à l’âge de 13 ans contre Arima Yoshibe. A 17 ans, il participa sous la bannière de Toyotomi Hideyoshi à la bataille de Sekigahara en 1600, pendant laquelle il fut gravement blessé. A partir de 1604, on le retrouva à Kyoto où il défia et vaincu Yoshioka Seijuro, important expert du sabre, ainsi que nombres membres de son clan. Invaincu dans plus de 60 duels, il affronta pour la dernière fois le célèbre bretteur Sasaki Kojiro du clan Mori, réputé pour son sabre long (O-dachi). Tuant son adversaire à l’aide d’une simple rame en bois selon la légende, Musashi ne se battit plus jamais. A partir des années 1630, il se consacra entièrement à l’étude de la Voie (Do), tout en pratiquant la calligraphie et la peinture, arts dans lesquels il excellait. Il devient Kensei de son vivant (saint au sabre). En 1637, il rentra au service de ses anciens adversaires les Tokugawa et combattit pour eux les révoltés chrétiens de Shimabara. On le vit ensuite chargé du commandement d’un corps de réserve par Ogasawara, seigneur de Kokura, lors du siège du château de Hara en 1638. A cette époque, il adopte deux enfants: Iori et Mikinosuke. Ce dernier se fait seppuku des années plus tard. Il devint instructeur en 1640 de la puissante famille Hosokawa de Kumamoto. En 1643, il se retira dans la grotte Reigendo (temple de Ungan-ji) du Mont Iwato, à l’Est de Kumamoto. C’est là qu’il rédigera quelques semaines avant sa mort en 1645 le texte « Gorin no Sho » (traité des cinq roues), qui est devenu un classique de la littérature concernant les arts martiaux. Il mourut à l’age de 62 ans et fut, selon sa volonté, enterré revêtu de son armure.

dernier duel de Musashi Miyamoto contre Sasaki Kojirō.

Lectures

  • Musashi écrit par Eiji Yoshikawa, traduit en français en deux tomes : La Pierre et le Sabre et La Parfaite Lumière. Ces deux ouvrages ne sont pas des biographies, mais des romans ; si certains faits historiques et traits marquants sont conservés, la plus grosse partie est inventée.
  • Vagabond, un manga de Takehiko Inoue, adaptation de Musashi.
  • Le manga Usagi Yojimbo fait également référence à Musashi Miyamoto : Stan Sakai y relate les aventures d’un samurai nommé Miyamoto Usagi (« usagi » signifie « lièvre » en japonais) devenu rōnin après la bataille d’Adachigahara.
  • Miyamoto Musashi ( Manga ) par Shôtarô Ishinomori , paru aux editions Pika le 26/08/08
  • Gen Takekura (Musashi), un joueur de football américain du Eyeshield 21 doit son surnom à Musashi Miyamoto.
  • La Voie du Sabre (2002), de Thomas Day, s’inspire de l’histoire de Miyamoto Musashi et le fait intervenir dans un univers de fantasy.
  • * Taitei No Ken vol.4 ( Manga ) par YUMEMAKURA Baku (scénario), DOHE (dessins), paru au édition Glénat le 21 juillet 2010, Miyamoto Musashi y apparaît comme étant le guerrier légendaire, la plus fine lame du Japon.

Films

  • Miyamoto Musashi, réalisé par Kenji Mizoguchi (1944)
  • La Légende de Musashi (Miyamoto Musashi), réalisé par Hiroshi Inagaki (1954)
  • Miyamoto Musashi, réalisé par Yasuo Kohata (1954)
  • Miyamoto Musashi, réalisé par Tomu Uchida (1961)
  • Miyamoto Musashi, réalisé par Tai Katō (1973)
  • Musashi, réalisé pour la NHK (2003), avec Ichikawa « Ebizo » Shinnosuke
  • Adaptations libres de Luc Besson : Nikita, Léon.

A noter que dans Les Sept Samouraïs, film de Akira Kurosawa, le personnage de Kyuzo, interprété par l’acteur Seiji Miyaguchi, est inspiré par Miyamoto Musashi.

Cet article, publié dans Culture, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Musashi Miyamoto

  1. Ping : Coin lecture : La pierre et le sabre – Eiji Yoshikawa | Le petit Jitaku ^ ^"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s